Le CRM dans les Assurances : Pour quoi faire et pour quelles entreprises ?

Vos clients et les clients doivent être en mesure de faire confiance à ce que votre société peut les protéger si quelque chose arrive, à leur santé ou à leurs biens.

Les agents d’assurance doivent conserver la confiance des clients potentiels malgré des documents mal remplis, un processus d’inscription bâclée, ou une mauvaise communication.

 

Je vais évoquer la question des CRM.

Non pas le CRM tel qu’on le connait dans le milieu de l’assurance automobile, le fameux Coefficient de Réduction Majoration mais le Customer Relationship Management la Gestion de la relation client. Michael Merlen

 

De plus en plus d’agents d’assurance se tournent vers les logiciels de CRM dédiés aux sociétés d’assurance et de mutuelles pour répondre à ces besoins.

Un logiciel CRM doit permettre de gérer (et automatiser) l’activité sein de l’entreprise ainsi que de favoriser une interaction positive entre assureur et client.

Qui plus est, les meilleures solutions logicielles de CRM permettent aux compagnies de suivre les activités de leurs employés, mettre en place et gérer des campagnes de marketing et enfin d’interagir de façon transparente avec les logiciels métier.

 

Un agent d’assurance peut économiser du temps et l’argent en choisissant un logiciel CRM conçu pour le domaine de l’assurance.

 

Quelles sont les spécificités des CRM dans les Assurances ?

the-most-important-step-in-the-sales-process_5286210245844_w1500

Pour prendre la bonne décision, cependant, il est essentiel de savoir en quoi les programmes de CRM d’assurances sont un peu différents des autres types de produits CRM.

En outre, vous aurez envie de savoir quel type de fonctions offrent un CRM, ainsi que certaines questions clés à considérer lorsque vous décidez quelle plate-forme choisir.

 

En fait cela revient à répondre à la question : Quels sont les besoins en CRM spécifiques pour l’assurance qui font qu’un logiciel de CRM classique (ou non personnalisé) n’est pas pertinent ?

Découvrez la suite de cet article : ICI

Bonne lecture,

 

Michael Merlen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *