L’assurance ubérisée ?

Tout le monde a peur de se faire Uberiser

dixit Maurice Levy dans La Tribune en décembre 2014.

Uberisation ? Vous vous souvenez ? Ce petit verbe tiré du nom de la société californienne Uber et qui faire peur à tout le monde, y compris aux assureurs et mutualistes.

L’uberisation peut-elle rattraper les assureurs et les mutuelles ?

La réponse est très certainement oui, comme tous les autres domaines. Le secteur des assurances et des mutuelles peut certainement se faire ubériser. Le risque ne vient toutefois pas d’un comparateur d’assurances et encore moins par un comparateur géré Google.

En effet, un comparateur d’assurances et de mutuelles a nécessairement besoin des assureurs pour exister. Anis, les relations entre les sociétés d’assurances, les mutuelles et les comparateurs  relèvent de partenariats négociés entre ces différents acteurs.

Pour Christophe Triquet, fondateur et Directeur général de LeComparateurAssurance.com, interviewé par La Tribune une ubérisation ressemble beaucoup plus à une OPA hostile du marché visé. En matière de comparaison d’assurance, le court-circuit n’est pas possible.

C’est pour rassurer les acteurs du marché de l’assurance que Google emploie des mots lourds de sens comme conseil et accompagnement dans ses relations avec les assureurs et autres mutuelles.

Un refus d’ubérisation par les assureurs et les mutuelles ?

Si les sociétés d’assurance et de mutuelles se font ubérisées par le comparateur de Google, c’est qu’elles auront été consentantes.

Probablement que Google aura réussi à persuader les acteurs du marché de l’assurance. Il y a probablement un mélange entre amour et haine entre les assureurs et mutuelles et le moteur de recherche dont les capacités de calculs fascinent.

Toutefois, rien ne dit que l’uberisation du secteur de l’assurance se fasse par Google. Les taxis n’ont pas vu arriver Uber.

Celui ou ceux qui vont uberiser le secteur de l’assurance ne sont peut-ils pas encore nés ?

On peut imaginer un système d’assurance mutuelle décentralisé.

Qu’en pensez-vous ?

Refuser une mutuelle obligatoire ?

Peut-on refuser une mutuelle obligatoire de son entreprise ?

(voir notre page sur les dispenses)

Les facultés de dispense doivent expressément être prévues par l’acte de mise en place des garanties afin d’être exercées par le salarié. Une dispense non prévue par écrit ne peut pas être exercée par le salarié.
L’employeur ne peut pas imposer au salarié de se dispenser d’affiliation. L’exercice de la dispense relève de la volonté du seul salarié.
Le salarié doit impérativement faire sa demande par écrit, assortie du justificatif correspondant. Ces documents devront être conservés précieusement par l’employeur, en cas de contrôle URSSAF .
Si la loi ne détaille pas précisément le contenu de la demande, nous préconisons que le salarié y fasse apparaitre à minima :
1. les mentions à faire figurer dans la dispense de mutuelle santéUne référence au régime concerné par l’exercice de la dispense = régime frais de santé mis en place par DUE du XX..XX..XX
2. Nom – prénom – date d’embauche du salarié
3. Motif d’exercice de la dispense (reprendre celui prévu par la DUE ou référence explicite à l’article 11 de la loi Evin)
4. Une mention selon laquelle le salarié a été informé des conséquences de son choix par l’employeur, c’est-à-dire que sa dispense l’empêchera de bénéficier des prestations offertes par le contrat souscrit.
5. Date – signature

Les types de dispenses acceptables

  1. Salariés et apprentis bénéficiaires :
  • d’un contrat ≥ 12 mois, à condition de justifier par écrit en produisant tous documents d’une couverture individuelle souscrite par ailleurs pour le même type de garanties ;
  • d’un contrat < 12 mois, même s’ils ne bénéficient pas d’une couverture individuelle souscrite par ailleurs.
  1. Salariés à temps partiel et apprentis dont l’adhésion au système de garanties les conduirait à s’acquitter d’une cotisation au moins égale à 10 % de leur rémunération brut
  2. Bénéficiaires de la CMU-C en application de l’article L.861-3 du CSS, jusqu’au jour où il cesse d’en bénéficier
  3. Bénéficiaires de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) en application de l’article L. 863-1 CSS, jusqu’au jour où il cesse d’en bénéficier
  4. Couverts par une assurance individuelle frais de santé jusqu’à l’échéance du contrat
  5. Les salariés déjà couverts par un contrat santé collectif en tant qu’ayant-droit (conjoint notamment) Cas qui risque d’être un des plus fréquents…

Vous avez une doute ? Posez moi votre question.

Le chèque ACS

Vous avez des difficultés à financer votre mutuelle ou complémentaire santé ? Savez-vous qu’il existe une Aide au paiement d’une Complémentaire Santé (ACS) ?

Le chèque ACS : une aide au paiement d’une complémentaire santé

L’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) intéresse toutes les personnes dont les ressources sont faibles tout en étant supérieures de peu au plafond fixé pour l’attribution de la couverture maladie universelle (CMU) complémentaire.

Cette aide prend la forme d’un chèque. Ce chèque permet d’obtenir une réduction du montant de la cotisation à une assurance complémentaire santé.

Quels sont les avantages de l’ACS ?

Cela vaut vraiment la peine de vérifier que vous pouvez bénéficier d’un chèque ACS.

L’ACS donne droit, notamment à tous les membre du foyer une attestation-chèque à remettre  aux sociétés d’assurance ou de mutuelle proposant l’un des contrats sélectionnés au titre de l’ACS, figurant sur la liste des offres (PDF, 293 Ko), pour réduire le montant de la cotisation annuelle.

L’offre d’assurance complémentaire santé est certes réduit mais elle a le mérite d’exister.
Le montant du chèque santé est, selon l’âge du bénéficiaire au 1er janvier de l’année en cours, de 100 €, 200 €, 350 € ou 550 €.

Montant de l’aide au paiement d’une complémentaire santé
Âge du bénéficiaire
(au 1er janvier de l’année en cours)
Montant de l’aide
moins de 16 ans 100 €
de 16 à 49 ans 200 €
de 50 à 59 ans 350 €
60 ans et plus 550 €

Par exemple, pour une famille avec deux enfants à charge, le montant de l’aide sera de :

  • 200 € pour la mère de 45 ans ;
  • 350 € pour le père de 52 ans ;
  • 200 € pour le premier enfant de 20 ans ;
  • 100 € pour le deuxième enfant de 10 ans.

Dans le cadre d’une assurance mutuelle santé, le total de réduction auquel peut prétendre une famille, pour une année peut atteindre, 850 € pour une année.

==> Le dossier complet est téléchargeable

 

Le site de l’assurance maladie propose un dossier très complet sur l’Aide au paiement d’une Complémentaire Santé (ACS).

Modèle de courrier de résiliation de contrat

Je vous propose ci-dessous un modèle de lettre de résiliation de contrat d’assurance, à titre conservatoire.

L’intérêt de la résiliation à titre conservatoire

Dans le domaine des assurances mutuelles, la résiliation conservatoire la possibilité de se donner le temps de comparer et de négocier  un nouveau contrat, avant de résilier définitivement votre contrat d’assurance, notamment santé.

Vous pouvez également consulter l’article que j’ai consacré au choix de votre assurance mutuelle santé.

Je vous conseille d’expédier votre courrier par lettre recommandée avec accusé de réception pour éviter toute contestation sur la date de ce courrier.

Le modèle de lettre de résiliation à titre conservatoire

 

NOM

SIREN :

N° DE CONTRAT :

 

Lettre recommandée avec AR

 

 

Le  » VOTRE VILLE », le Date

 

 

Objet : résiliation du contrat de mutuelle santé n°XXXXXXX

 

Madame, Monsieur,

Nous vous demandons de bien vouloir effectuer la résiliation, à titre conservatoire, du Contrat de santé n°XXXXXXX souscrit auprès de votre société au terme de l’échéance en cours, soit 31/12/2015.

Ainsi et selon nécessité, nous nous réservons le droit d’annuler la présente demande par lettre recommandée avec accusé réception avant le 31/12/2015.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Signature

1 2 3